Faciliter les reconversions professionnelles par une entrée en apprentissage jusqu’à 35 ans

Publié le 18/02/2022 dans les catégories Emploi & Formation

Nombre de jeunes, dans notre pays, opèrent le choix de l’apprentissage, formation qui permet de s’insérer plus facilement et durablement sur le marché du travail. L’année 2021, avec près de 720 000 contrats signés, constitue une année record et confirme l’intérêt des jeunes Français pour ces filières courtes de formation professionnelle qui présentent une grande chance d’embauche à la clé.

Aujourd’hui, le législateur doit porter l’ambition de poursuivre cette dynamique et d’élargir les possibilités pour les jeunes adultes de s’engager dans ces filières professionnalisantes. Or, si la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018 a voulu libéraliser l’apprentissage, les conditions d’âge d’entrée dans ces filières de formation demeurent par trop restrictives et ne permettent pas à ceux qui le souhaitent de pouvoir envisager un nouveau projet de vie professionnelle, en choisissant l’apprentissage au-delà de l’âge de trente ans. Cette limite d’âge est d’autant plus pénalisante, que comme le souligne une récente enquête réalisée par Centre Inffo, association sous tutelle du ministère du travail, 20% des actifs souhaitent s’engager aujourd’hui dans un « processus de reconversion professionnelle ».

Aussi, il est impératif de répondre à cette attente de reconversion et de relever la limite d’âge à trente-cinq ans pour entrer en apprentissage. Cette mesure est à même d’améliorer le taux d’insertion des apprentis au sein de nos entreprises ; taux qui plafonne aujourd’hui à 60%. Enfin, elle permettra, par sa pertinence, de mettre en lumière les avantages de l’apprentissage pour les entreprises, en ce qu’il est un mode de recrutement efficace pour participer à la transmission des savoir-faire.

Pour l’ensemble de ces raisons, en relevant la limite d’âge à trente-cinq ans pour entrer en apprentissage, nous ferons de l’apprentissage une filière de reconversion et de confiance en l’avenir pour les plus nombreux. C’est pourquoi Patrick Hetzel soutient cette proposition de loi.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus