Aération des salles de classe et installation de capteurs de CO2 : que fait Monsieur Blanquer ?

Publié le 01/10/2021 dans les catégories Education nationale Santé

Patrick Hetzel a interrogé le ministre de l'Education nationale, de la jeunesse et des sports sur l'aération des salles de classe et l'installation de capteurs de CO2.

Le Conseil scientifique Covid-19 insiste très régulièrement sur la transmission du virus par aérosols en lieux clos, donc sur l'importance d'une aération régulière des locaux et d'une surveillance de la qualité de l'air par l'usage de capteurs de CO2. Or, les collectivités hésitent encore à en équiper les établissements scolaires dont elles ont la responsabilité. La raison invoquée est très précise : le ministère de l'Education nationale (MEN) a longtemps ignoré ce sujet, bien que cela fasse plus d'un an que le conseil scientifique réclame des capteurs de CO2 dans les établissements scolaires. Et même si l'on a pu noter une légère inflexion dans le protocole de rentrée, cela n'est pas à la hauteur des enjeux. Le gouvernement rappelle régulièrement que le déploiement de capteurs de CO2 relève d'une « compétence des collectivités locales », ce qui est exact.

Toutefois que fait le gouvernement pour aider financièrement les collectivités pour déployer ces capteurs ? Il est un peu facile de renvoyer en permanence la balle aux collectivités territoriales. Ainsi Patrick Hetzel souhaite savoir pourquoi le gouvernement et le ministère de l'Education nationale ne diffusent-ils pas une information claire sur les dangers de l'aérosolisation, et donc, la nécessité d'acquérir des capteurs de CO2 pour mesurer régulièrement la qualité de l'air ?

De la même manière, pourquoi le ministère de l'Education nationale n'a-t-il pas fait de cette question un sujet de nature pédagogique ? De surcroît, à côté de ce « plan A » qu'est l'aération et les capteurs de CO2, il faudrait aussi stimuler un « plan B » au travers des purificateurs d'air pour les classes disposant de peu d’ouvertures. Pourquoi le ministère de l'Education nationale n'est-il pas plus actif à ce sujet ? La question de l'aération va devenir encore plus sensible à mesure que les températures extérieures vont baisser. Pour finir, le 19 août 2021, le gouvernement a promis un « appui » de l'Etat, car le financement « ne doit pas être un frein à l'équipement », et il a annoncé la publication d'une circulaire pour en fonder le déploiement. Patrick Hetzel souhaite donc savoir pourquoi ce texte et le dispositif de déploiement financier ne sont-ils pas encore en place alors qu'il y a urgence ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus