Allongement du délai d’I.V.G.

Publié le 03/12/2021 dans les catégories Santé

La proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » vient d’être examinée en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Patrick Hetzel s’est fortement impliqué dans ce débat en défendant une cinquantaine d’amendements. Il s’est fermement opposé à ce texte qui prévoit l’allongement des délais légaux d’accès à l’IVG de douze à quatorze semaines, la suppression de la clause de conscience des professionnels de santé, la possibilité pour les sages-femmes de pratiquer des avortements chirurgicaux jusqu’à 10 semaines ainsi que la suppression du délai de réflexion de 48h.

Par la détermination des députés de l’opposition, il a été possible d’obtenir que la clause de conscience spécifique pour les professionnels de santé soit maintenue. Pour le reste, ce texte rompt encore un peu plus avec la loi de 1975 qui était une loi d’exception. Malgré les grandes réserves émises par l’Ordre des Médecins, l’Académie de Médecine et le Collège National des gynécologues et obstétriciens français, le Gouvernement et le Parlement sont passés outre.

Patrick Hetzel a donc voté contre cette proposition de loi. Plutôt qu’un dispositif pour allonger les délais légaux d’accès à l’IVG, il est préférable d’avoir un débat sur la mise en place d’une véritable politique de prévention de l’avortement assortie de la délivrance d’une information plus équilibrée aux femmes confrontées à une grossesse inattendue.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques

J'accepteEn savoir plus